TRAVAIL A FERRER

 

Ferrage01.jpg Ferrage02.jpg

 

   Un travail à ferrer ou plus simplement appeler travail (pluriel des travails) est un dispositif plus ou moins sophistiqué conçu pour maintenir de grands animaux, tels chevaux ou bœufs, en particulier pour le ferrage.

   Autrefois, fixé dans le sol et de nos jours mobile, il apparaît aux 10° et 11° siècles.

   Il est remplacé de nos jours par des cages métalliques de contention.

   Si dans la plupart des cas et pour l’animal docile, le ferrage est effectué sans attache particulière, Le travail est destiné uniquement à le faire rester en place, voire à l’empêcher de quitter le lieu du ferrage.

   Le maréchal-ferrant l’utilise pour les chevaux difficiles, pour les vaches et les bœufs qui ne peuvent rester debout sur trois pattes.

   Selon les endroits, il est appelé travail, travail à ferrer, tramail, étrait ou détré ou encore ferrador. Cet équipement témoin d’un mode de vie aujourd’hui disparu est encore visible dans quelques rares localités rurales.

OUTILS = Les premiers outils utilisés sont le boutoir et le rogne-pied pour enlever l’excédent de corne. Le maréchal-ferrant s’aide d’une mailloche mateau typique aussi appelé brochoir ou encore marteau à ferrer. Pour terminer le parage du sabot, le dessous est nettoyé avec la rainette et les côtes limés avec la râpe.

   Le terme de maréchal-ferrant n’est apparu qu’au 12° siècle. Il avait alors l’exclusivité du soins des chevaux jusqu’à la création des écoles vétérinaires en 1825.

   Malgré leur modeste apparence, les travails à ferrer méritent une préservation en souvenir des labeurs ancestraux.

 

                                                                            Martial LEYMARIE

 
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×